[Critique DVD] Loulou, l’incroyable secret.

loulou-incroyable-secret-head

Personnage principal d’une série de livres pour enfants, Loulou est bien connu des libraires et des lecteurs de littérature enfantine mais également des cinéphiles car une première adaptation des aventures de ce loup inoffensif avait été réalisée en 2003 par Grégoire Solotareff, auteur du livre d’origine. Pourtant, si cette première adaptation ne manquait pas d’intérêt, elle manquait cruellement d’originalité dans la forme et dans le propos se réduisant presque exclusivement à un public enfantin. Une nouvelle aventure, mais cette fois-ci en forme de long-métrage (le précédent film n’était qu’une compilation d’aventures s’étalant sur une trentaine de minutes) a connu un succès assez relatif en salles en décembre dernier, mais à l’occasion de sa sortie en vidéo (DVD et Bluray chez l’éditeur Diaphana), il nous semble essentiel de revenir sur un film aux qualités nombreuses !

loulou-incroyable-secret-technique

Dans la pure tradition des quêtes initiatiques chères au cinéma de ces dernières années, cherchant à révéler les origines des héros de nos enfances (ce ne sont pas les nombreux reboots de franchises à succès qui nous contrediront), Loulou l’incroyable secret se propose de lever le voile sur les origines de ce loup se refusant à répondre à ses instincts premiers de carnassier. Débutant par une voyance on ne peut plus étrange dans laquelle Loulou apprend que sa mère n’est pas disparue, celui-ci entame un voyage à Wolfenberg, pays des Loups pour y retrouver celle qui lui a donné la vie. Si l’on était en droit de craindre une énième adaptation dispensable et un ton résolument enfantin, cette nouvelle production made in France surprend par sa pluralité réceptive : tous les publics devraient y trouver leur compte.

Dès le générique d’ouverture, l’animation brille par son esthétisme chaleureux et soigné, de même que la partition musicale de Laurent Perez Del Mar charme par sa solennité bienvenue. Cette introduction est d’autant plus appréciable que dès la scène suivante, le film n’aura de cesse de proposer un scénario aux multiples rebondissements ne laissant que peu de temps au repos des personnages. Pour autant, ce manque de temps « mort » n’est pas dommageable, encore moins lorsqu’il s’agit d’un film prioritairement destiné aux enfants et qui, de fait, se doit de les tenir éveillés et alertes face aux aventures des protagonistes. Par le biais d’un propos original et bourré de références adressées aux parents – Loulou arrive à Wolfenberg alors que s’ouvre le festival de Carnes, pendant carnivore du célèbre festival de cinéma – Loulou l’incroyable secret maintient l’attention de tous les spectateurs tout du long. Insister sur ce point est essentiel tant les productions animées françaises tendent parfois vers trop de contemplation, au détriment d’un scénario rythmé, élément constituant pourtant la clé de voûte de toute expérience de cinéma pour un enfant.

[quote author= »Nathan » bar= »true » align= »left » width= »300px »]Loulou l’incroyable secret est un très bon film de l’animation nationale grâce à un scénario bien amené et des personnages aussi diversifiés qu’anthropomorphisés.[/quote]

Il serait pourtant dommage de réduire le film à un scénario joliment organisé car ses atouts sont aussi nombreux que ses innombrables personnages, à commencer par l’humour bien senti de l’ensemble, véhiculé en priorité par le personnage de Tom, lapin courageux, ou devrait-on dire impétueux, au cœur d’une ville exclusivement carnivore ! Doublé à merveille par Stéphane Debac, le personnage fait montre d’une distanciation bienvenue, en composant un personnage clairement tourné vers un public adulte (« Lapin dodu, lapin foutu ! » déclame-t-il non sans ironie) là ou la douce quête de Loulou saura plutôt répondre aux désirs enfantins. Les autres personnages ne sont pas en reste et brillent par une caractérisation peu manichéenne – tous les personnages sont assez énigmatiques et chacun d’entre eux peut changer d’ambition au fil du métrage, en témoigne l’inconstance d’une renarde rafraîchissante interprétée par Anaïs Demoustier. Cependant, tout n’est pas rose dans le long-métrage de Solotareff, en témoigne tout le dernier acte du film, assez bâclé et retombant dans les conventions un peu ternes du film pour enfants, déception allant de pair avec le personnage maternel au cœur de l’intrigue principale du film, personnage ô combien antipathique qui ne parvient pas à conclure une si belle aventure sur une note positive. Gardons toutefois en tête que si ces éléments ternissent l’appréciation sur le film, d’autant plus qu’ils le clôturent, ils n’entachent en rien la sympathie générale procurée par le film.

[message color= » » closable= »true »]Pour aller plus loin, David nous propose sa critique cinéma de Loulou, l’incroyable secret dans cet article. C’était en janvier dernier.[/message]

[tabs][tab title= »Image »]

note-7.5-10

Il faut noter que nous testons seulement l’édition DVD dans notre article, mais une édition basse définition qui possède quand même un beau transfert bien qu’assez flou sur les arrières-plans comme nous pouvons nous en douter par rapport à une version haute-définition : ce qui est toujours dommageable dans un film d’animation, genre ô combien propice aux détails signifiants. Les couleurs sont chaleureuses et retranscrivent à la perfection l’univers enfantin des dessins s’alliant à merveille au ton plus sombre du récit, bien que contrebalancé par un final privilégiant la guimauve. Si l’animation ne révolutionne en rien l’esthétique animée made in France, elle sait se construire en toute cohérence avec le propos là ou certains films frisent la laideur.[/tab]

[tab title= »Son »]

note-7-10

Composée de pistes en version française en Dolby Digital 2.0 et 5.1, la galette sonore proposée sur le DVD du film est agréable. Les voix sont parfaitement audibles alors que la musique sait se mettre en avant lorsque vient le moment de faire avancer le récit dans des scènes aux accents dramatiques certains, telle que la partie de chasse servant de climax au film qui saura faire frémir les plus jeunes des spectateurs. Gageons que l’édition haute-définition doit proposer une piste haute-définition encore plus ciselée.[/tab]

[tab title= »Interactivité »]

note-7-10

Une édition digne de ce nom pour un film qui le mérite amplement ! Si bons nombres d’éditeurs préfèrent se focaliser sur le transfert audio et vidéo du film qu’ils distribuent, Diaphana Vidéo nous livre ici de quoi nous contenter ! De traditionnels commentaires audio sont présents (et témoignent d’un franche camaraderie au sein de l’équipe de réalisation) de même que des jeux pour les enfants (comme des quizz) sauront répondre aux plus jeunes des spectateurs. Pourtant, la partie qui nous intéresse le plus n’est autre que le conséquent « making-of », découpé en une dizaine de featurettes à longueurs variables mais qui, loin d’être exhaustif, essaye de couvrir tous les aspects de la production d’un film animé. Profitons-en ![/tab][/tabs]

[hr][scroller]

[/scroller][hr]

En conclusion, Loulou l’incroyable secret est un très bon film de l’animation nationale (son César du meilleur film d’animation en poche ne nous contredira pas) grâce à un scénario bien amené et des personnages aussi diversifiés qu’anthropomorphisés. Pourtant, la plus grande réussite du long-métrage semble être la multiplicité de ses tons, en faisant une œuvre parfaitement universelle et, de fait, sujette à une large découverte. Si vous n’avez pas encore entrepris ce voyage avec Loulou et son ami Tom, sachez que les éditions vidéo proposées sont magnifiquement réalisées et que c’est une occasion rêvée de le découvrir, assorti des coulisses de sa production.

amazon_logoamazon_logo2

Nourri aux univers animés depuis la découverte de Kirikou et la sorcière en 1998, Nathan porte son regard critique et analytique sur l'univers des longs-métrages. Il est rédacteur sur Focus on Animation depuis 2012.

Laisser une réponse:

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Site Footer