[Critique] Minuscule saison 2, première partie.

Après une première saison ovationnée par le public français, mais également mondial car la licence a été exploitée dans plus de 70 pays et cinq continents (de quoi faire rêver!), les insectes cartoonesques du studio d’animation Futurikon reviennent pour une saison 2 toute aussi délurée. La première partie de cette saison sera donc disponible à la vente le 3 Avril 2012 (2 DVDs vendus séparément).

La vie d’insecte n’est pas forcément si facile qu’on pourrait le croire ! Et ça, les créateurs de la série Minuscule l’ont bien compris. Proposant un univers entre documentaire animalier et cartoon purement délirant, les animateurs de Futurikon s’amusent à retranscrire la vie de ces bestioles hors-normes. Premier constat : les insectes ont le droit à une animation tout à fait honorable. Plus que cela, le travail de l’équipe créative nous pousse à nous attacher à des insectes pourtant repoussant dans notre vie de tous les jours, l’araignée sauteuse en première ligne, qui est notre coup de coeur. De plus, les images réelles dans lesquelles s’insèrent les insectes animés semblent avoir fait preuve d’une grande attention puisqu’il n’est pas rare de se retrouver face à des plans très poétiques, contrastant évidemment avec la folie heureuse des petites bêtes.

D’un point de vue scénaristique, la série est ambivalente. Alors qu’une majeure partie des épisodes sont innovants (et notamment ceux qui font interagir les insectes avec la sphère des êtres humains) et proposent un divertissement pour tous les publics, une redondance est toutefois inhérente à ces quarante-neuf épisodes de la première partie de la saison. Les décors sont peu variés (un champ, une maison et une plage) et certains insectes sont relégués à la même intrigue répétée inlassablement (la sauterelle et ses fourberies en deviennent insupportables). Mais ces épisodes décevants sont finalement assez peu nombreux, et le plaisir est bel et bien là dans plus de la moitié des galettes DVDs. Ainsi, l’ombre des Looney Tunes plane constamment au-dessus de ces personnages et les tribulations de l’araignée sauteuse (notre favorite, on vous l’a dit!) en quête d’un repas (une mouche) rappellent directement la quête désespérée de Vil Coyote pour s’emparer de Bip-Bip.

Enfin, nous ne pouvions pas terminer cette review de cette première partie de la saison 2, sans vous faire part de nos coups de coeurs. L’effet Papillon, assurément le court le plus hilarant de la compilation puisqu’il prend méticuleusement le sens de son titre pour en faire un court détonnant, dont on ne vous en dira pas plus pour ne pas gâcher l’effet de surprise ! Autre style, Dans une cheminée joue plutôt la carte de la tendresse en narrant les péripéties d’une future famille de coccinelles qui s’installe dans la cheminée d’un foyer humain… Surprises éclatantes au rendez-vous !

[tabs tab1= »Image » tab2= »Son » tab3= »Intéractivité »][tab]

L’éditeur vidéo, les éditions montparnasse, propose un transfert somme toute agréable. Pas forcément étincelant, le DVD propose tout de même une belle gamme de couleurs et une animation fluide qui ravira petits et grands. On en demandait pas moins ! Les plans en intérieur sont ainsi chaleureux, contrastant avec les couleurs éclatantes des scènes en extérieur.[/tab][tab]

Le son fait parti du charme de la série Minuscule, et l’écrin Dolby Digital proposé par l’éditeur lui fait honneur. La spatialité des ambiances naturelles plonge le spectateur sans détours au coeur même de la Nature ou d’un foyer familial. Pourtant, on regrette la redondance de certains sons, tels ceux qui caractérisent chaque espèce d’insecte, qui agacent très rapidement.[/tab][tab]

Quelle frustration ! Rien à se mettre sous la dent dans ces éditions vidéos, mise à part des bandes-annonces des précédents DVDs Minuscule sortis en vidéo. Et ce n’est pas un menu statique qui corrigera le tir…
[/tab][/tabs]

En conclusion, cette première phase de la saison 2 de Minuscule est surprenante et agréable à suivre. Entre délires et instants poétiques, ces minis-épisodes donnent, ou redonnent, le sourire. Pourtant, on ne peut que regretter une édition vidéo très maigre qui ne rend pas honneur à une série pourtant si charmante.

[divider]

Nourri aux univers animés depuis la découverte de Kirikou et la sorcière en 1998, Nathan porte son regard critique et analytique sur l'univers des longs-métrages. Il est rédacteur sur Focus on Animation depuis 2012.

5 comments On [Critique] Minuscule saison 2, première partie.

  • Pour ma part, j’ai trouvé assez plaisant une bonne partie des épisodes, même si l’attérissage dans la bouze est un peu répititif. Parmi mes épisodes préférés, ceux avec l’escadron des Guêpes genre patrouille de France (A toute beurzingue) ou avec le Bus impérial (Araignée au volant, catastrophe au tournant) et (Tapette) qui est assez prévisible mais ça fait mal !

    Le programme se digère relativement bien dans l’ensemble à condition de choisir sur le menu ‘voir tous les épisodes’, permettant de ne pas enchainer les génériques qui deviennent désagréables au final. Les scénarios sont finalement assez variés, de quoi répondre aux attentes d’un jeune public.

    Oh, c’est pas possible ………………. !

  • Excellente critique ! Ça donne envie de la voir :)

  • Rien d’autre à rajouter ! Entre ma critique ci-dessus et les quelques ajouts de Lightyear, comment se retenir d’acheter ces deux DVDs dès le 3 Avril ? :)

Laisser une réponse:

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Site Footer