[Critique] Pokémon 14.

Véritable poule aux oeufs d’or pour son créateur, la licence Pokémon n’a eu de cesse de se dériver depuis sa création en 1996 qu’il s’agisse de jeux vidéos sur consoles ou, ce qui nous intéresse plus, d’ animés. Après un premier film sombre et passionnant sorti sur nos écrans en 1998, la saga se décupla en une quinzaine d’autres opus dont nous critiquons aujourd’hui le quatorzième numéro. Et si la première aventure de Sacha sur grand écran put en surprendre plus d’un (nous les premiers !) par le biais d’un traitement très adulte, ce nouvel opus qui sort en DVD et Bluray le 6 Juin prochain exploite une énième fois un filon malheureusement trop bien rôdé. 

Pokémon film 14 – Pokémon Blanc : Victini et Zekrom.

http://www.youtube.com/watch?v=RpOdd3ujazY

Pokémon Film 14 – Pokémon Noir : Victini et Reshiram.

http://www.youtube.com/watch?v=eK7K2AwDd1E

Les enfants que nous étions hier ne le sont plus aujourd’hui et pourtant, notre âme d’enfant est toujours intacte. Pokemon fait malheureusement parti de ces licences qui ne grandissent pas avec ses fans et s’attirent seulement les faveurs d’une nouvelle génération. Du coup, Pokemon Noir/Blanc (le quatorzième long-métrage mettant en scène Sacha & Pikachu) n’est ni plus ni moins qu’un honnête divertissement offert aux jeunes fans de la saga, délaissant à coup sûr les plus de douze ans qui s’ennuieront largement. Proposant une intrigue somme toute banale, la protection d’un Pokémon très rare portant le doux nom de Victini qui répète inlassablement son nom pendant 90 minutes (à en fatiguer plus d’un), le long-métrage possède toutefois une animation de qualité qui mêle honorablement des incrustations 3D à un univers fait de dessins. Pas d’originalité, mais un cahier des charges graphique convaincant, faute d’être étonnant !  Comptant à la base une centaine de Pokémons, l’univers se voulait exhaustif et passionnant mais cette quatorzième mouture du monde Pokémon en est bien loin puisqu’il permet de découvrir des êtres aussi ridicules que les bruitages qui les accompagnent (on pense notamment aux Pokémons « rouages » qui s’accompagnent d’un affreux bruitage enfantin). A force de trop vouloir en ajouter, il arrive que l’on casse le fil, et cela, les créateurs de la saga semblent ne pas l’avoir compris !

[quote]Du coup, Pokemon Noir/Blanc n’est ni plus ni moins qu’un honnête divertissement offert aux jeunes fans de la saga, délaissant à coup sûr les plus de douze ans qui s’ennuieront largement.[/quote]

Ajoutez à cette dynamique éreintante une bande originale parfois agréable (la chanson du générique qui n’est pas si ringarde que ça et dynamise l’introduction du long-métrage) mais souvent désuète et rappelant finalement beaucoup trop les bandes originales de jeux vidéos, et vous obtenez un film de commande qui ne brille à aucun moment puisqu’on lui demande seulement de divertir, ce qu’il réussit honorablement. A noter qu’il n’est pas nécessaire d’être fan de la saga pour suivre cette aventure puisqu’elle propose une intrigue indépendante de l’aventure de Sacha et ses compagnons dans la série. 

[tabs tab1= »Image » tab2= »Son » tab3= »Interactivité »]
[tab]

A noter que nous avons découverts le film sur une copie HD. Ayant à faire à un long-métrage prévu pour le marché vidéo, l’animation est tout à fait exemplaire mais accuse quelques défauts. De plus, si la qualité du Bluray peut parfois faire étinceler les univers graphiques de certains films, elle met aussi surtout en relief les bémols d’une image. L’animation 2D est donc ainsi parfaitement retranscrite dans les tons vifs chers à la saga, mais les incrustations 3D agressent l’oeil et semblent ne pas avoir leur place dans cette aventure animée, la faute à une belle précision d’image. [/tab]
[tab]

Une belle mouture audio proposée par France Television Distribution puisque l’éditeur propose une unique piste DTS HD française, mais bien agencée. Les dialogues ressortent bien et laissent place comme il se doit aux envolées musicales un peu kitsch mais efficaces. De même, les voix surrounds sont légions et permettent ainsi de faire participer les enceintes arrières de votre installation home cinéma. La basse n’est pas en reste puisque comme tout film Pokémon qui se respecte, les combats sont au rendez-vous, de même que les explosions. [/tab]
[tab]

Aucun bonus sur cette galette Bluray si ce n’est l’idée originale de proposer deux films sur la copie. Toutefois, si l’idée est là, l’intérêt n’est pas au rendez-vous puisque le menu vous propose de découvrir le film « Noir » ou « Blanc », le Pokémon légendaire étant le seul élément changeant dans deux films sensiblement les mêmes. Choisissez la version sombre et Sacha participera au combat aux côtés de Reshiram (le Pokémon légendaire blanc) et choisissez la version blanche pour voir Sacha combattre aux côtés de Zekrom. [/tab]
[/tabs]

En conclusion, Pokemon 14 est une énième aventure pour enfants d’une saga depuis trop longtemps restreinte à un seul champ de l’animation. Même si l’aventure n’ennuie pas et propose une animation de qualité, les enjeux sont tout simplement inexistants. Fort heureusement, l’édition vidéo est agréable à découvrir, même si l’on dénote un manque d’interactivité que ce soit pour les enfants, cible principale du film, ou pour les adultes.

[divider]

Nourri aux univers animés depuis la découverte de Kirikou et la sorcière en 1998, Nathan porte son regard critique et analytique sur l'univers des longs-métrages. Il est rédacteur sur Focus on Animation depuis 2012.

3 comments On [Critique] Pokémon 14.

Laisser une réponse:

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Site Footer