[Critique Blu-ray 3D] Le monde magique d’Oz.

le-monde-magique-oz-logo

Fraîchement débarquée au festival d’Annecy 2013, la suite animée du film mythique Le Magicien d’Oz était attendue au tournant, avec à la barre Will Finn (loin d’être un néophyte au sein de l’animation mondiale car il fut notamment à la tête de La Route d’Eldorado pour les studios DreamWorks Animation mais aussi de La Ferme se rebelle pour les studios Disney). Lorsque les lumières se rallument après le visionnage de ce nouveau cru animé (à l’origine d’une polémique aux USA à propos du flop qu’il a connu au box-office), le constat est sans appel : si l’aventure est charmante et agréable, l’ensemble manque de légitimité.

le-monde-magique-oz-technique

L’aventure reprend quelques années après la fin du mythique film américain, alors que Dorothy Gale vit à nouveau au Kansas, dans une ville ravagée par ce qui semble être une tornade de grande envergure (servant par ailleurs de générique au film), inscrivant ainsi le propos du film dans une actualité douloureuse du quotidien américain. Toutefois, l’intérêt principal du film ne réside pas dans la sphère réaliste que traverse Dorothy mais bel et bien dans le retour qu’elle entreprend à Oz, pour délivrer ses amis d’hier (l’épouvantail en tête) d’une menace bien moins terrifiante que la sorcière de l’Ouest, Jester (sorte de fou du roi plus exubérant que menaçant). A l’image du scénario fluctuant selon les épisodes composant la trame narrative, la qualité de l’animation est loin d’être constante.

Les premières minutes du film, au cœur du réel, déçoivent tant les êtres humains sont statiques (une déception d’autant plus grande que nous sommes loin d’une réalisation confidentielle, l’on parle tout de même d’un budget de 70 millions de dollars!) et les décors fluorescents (l’herbe manque vraiment de réalisme). En revanche, l’arrivée à Oz se traduit par un regain de qualité artistique, marqué par de magnifiques décors et des personnages plus caricaturaux – d’un point de vue graphique entendons-nous bien – qui contrastent avec le manque de réalisme des premiers instants. Le Monde Magique d’Oz parvient donc à s’en sortir avec les honneurs sur le plan graphique, même si nous étions en droit d’attendre mieux, d’autant plus que la réalisation manque de dynamisme, un comble de la part d’un réalisateur tel que Finn qui avait su insuffler un vrai rythme endiablé sur ses anciennes productions (La Route d’Eldorado en tête!). Mais le bât blesse surtout sur d’autres aspects, et non des moindres.

le-monde-magique-oz-jaquette

[quote author= »Nathan » color= »#d8ab29″ bar= »true » align= »left » width= »180px »]Le Monde Magique d’Oz est une aventure animée pleine d’intérêts qui saura à coup sûr attirer un tout nouveau public autour de cette saga tout en fidélisant une fois encore les fans d’hier.[/quote]

Si le scénario reprend de nombreux éléments du roman à l’origine de la série portant sur Oz, le film se construit inlassablement autour du même schéma que l’opus précédent : Dorothy Gale doit venir en aide au peuple d’Oz en prenant la peine de contracter des amitiés originales au fil de son cheminement jusqu’à la célèbre cité d’Emeraude, sans que de véritables obstacles ne se mettent en travers de son chemin, son seul nom lui faisant office de « pass » pour la plupart des pays qu’elle traverse. Si les personnages secondaires sont efficaces et relèvent haut la main le défi de faire oublier les amis d’hier (réduits dans cette aventure au jeu de la demoiselle en détresse au cœur de la bâtisse du pas si terrible Jester), l’ensemble manque d’intérêt.

L’aventure se suit sans déplaisir, il faut en convenir, mais à aucun moment l’émotion prend le pas sur le pur plaisir de découverte et ce ne sont pas les chansons édulcorées au possible qui sauront nous satisfaire. Si le premier film est autant apprécié par le public, c’est aussi pour les musiques qui le composent. Cette fois-ci, les chansons manquent de piquant, malgré un chant assuré comme il se doit par une Lea Michele (Rachel Berry de Glee) en grande forme et l’ensemble manque clairement de relief, à l’image de cette chanson au summum de la niaiserie ou les habitants d’Oz s’entraident pour construire un navire doué de parole ! Il en va de même pour l’humour qui, si il ne manque pas de piques agréables demeure un peu trop enfantin pour convaincre un public aussi large que le premier opus. En somme, Le Monde Magique d’Oz est une aventure agréable qui serait pourtant à réserver prioritairement aux enfants.

[tabs][tab title= »Image »]

note-8-10

Il est rare qu’Universal Home Entertainment nous déçoive sur le plan technique de ses éditions vidéo et une fois de plus, le résultat est au rendez-vous ! Les couleurs fluorescentes du film d’origine ne sont pas criardes à l’image (une prouesse!) et les noirs sont profonds. Par ailleurs, la 3D relief proposée par le Bluray 3D est d’une profondeur surprenante (les décors appréciés du film sont ainsi mis en valeur d’une belle manière – en témoigne l’entrée dans la citée de porcelaine en milieu de métrage) malgré un manque évident de jaillissements, bien que la « bataille » finale placée sous le signe de l’amusement regorge de boules de gommes propulsées sur le spectateur. On notera également quelques manques de précision sur certains éléments de décor aux teintes blanchâtres mais cela ne gâche en rien le plaisir général de découverte du film ![/tab]

[tab title= »Son »]

note-7-10

Chansons niaises et non doublées (pour le plus grand bonheur de nos oreilles cinéphiles, mais pour le plus grand désespoir des enfants, cible privilégiée du film, qui ne comprendront pas un traitre mot de ce qui est dit lors des instants musicaux) mises de côté, l’ambiance musicale du film est agréablement transposée dans cette édition BD3D. Toutefois, l’on peut regrette l’absence d’une vraie utilisation des sons surrounds, au profit des dialogues frontaux, film pour enfants oblige ! L’ensemble n’a rien de surprenant, mais fait sait se faire efficace dans les rares moments dramatiques qui composent le film grâce à une piste DTS-HD Master Audio 5.1 de qualité.[/tab]

[tab title= »Interactivité »]

note-5-10

Quelques featurettes et puis s’en vont ! Ne boudons toutefois pas notre plaisir d’assister à trois courtes vidéos sur la création du film : La musique du film (élément on ne peut plus décevant du métrage pourtant), l’héritage d’Oz (plus intéressant bien que trop vite expédié) et une comparaison de story-boards avec le produit final (bonus assez conventionnel mais toujours intéressant pour les cinéphiles que nous sommes!). En somme, une édition un peu légère mais qui prend pourtant le temps de proposer une matière significative.[/tab][/tabs]

[hr]

[scroller]

[/scroller][hr]

En conclusion, Le Monde Magique d’Oz est une aventure animée pleine d’intérêts qui saura à coup sûr attirer un tout nouveau public autour de cette saga tout en fidélisant une fois encore les fans d’hier, même si l’ensemble perd en charme ce qu’il gagne en modernisme. Quoi qu’il en soit, si le cœur vous en dit de vous lancer dans l’aventure, n’hésitez pas à sauter le pas du Bluray 3D, d’une qualité indéniable, de même que le DVD à la définition forcément moins éloquente (et à l’aliasing plus prononcé) mais qui saura ravir les plus jeunes de votre foyer ! 

amazon_logo amazon_logo2

Nourri aux univers animés depuis la découverte de Kirikou et la sorcière en 1998, Nathan porte son regard critique et analytique sur l'univers des longs-métrages. Il est rédacteur sur Focus on Animation depuis 2012.

1 comments On [Critique Blu-ray 3D] Le monde magique d’Oz.

  • En effet la cible est plutôt jeune, mais vraiment j’avais été séduite par cette nouvelle version à Annecy. Je trouve Dorothy plus attachante que d’habitude. Un bon moment pour moi aussi. :-)

Laisser une réponse:

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Site Footer