(Sortie vidéo) Clifford de Walt Becker

Petit succès en salles, Clifford (le chien rouge tout droit venu de l’imagination de Norman Bridwell, auteur de livres pour enfants) débarque désormais à la maison en DVD et Blu-ray. Dans la droite lignée de productions modestes de chaînes de télévision familiales, le long-métrage de Walt Becker est loin d’être inoubliable et s’adresse prioritairement à un jeune public peu regardant sur l’originalité du récit et la qualité technique du film. S’ils ne passeront pas un mauvais moment, les plus grands, quant à eux, s’ennuieront ferme devant un récit inévitablement balisé (et anecdotique).

Résumé : Emily Elizabeth, une jeune collégienne, reçoit en cadeau de la part d’un magicien un adorable petit chien rouge. Quelle n’est pas sa surprise quand elle se réveille le lendemain dans son petit appartement de New York face au même chien devenu … géant ! Sa mère, qui l’élève seule, étant en voyages d’affaires, Emily s’embarque avec son oncle Casey, aussi fantasque qu’imprévisible, dans une aventure pleine de surprises et de rebondissements à travers la Grosse Pomme. Adapté du personnage adoré de la célèbre série de livres Scholastic, CLIFFORD va donner au monde une grande leçon d’amour !

(c) Paramount Pictures

A aucun moment le scénario de Clifford ne se démarque des productions propres aux conventions du genre du film pour enfants en live action. Toutes les composantes filmiques rivalisent de médiocrité et ne cherchent jamais à dépasser le divertissement vu et revu les années passées. A vrai dire, on pense aux films des années 2000 débordant d’êtres mignons et de gimmicks musicaux ringards (qui ponctuent vainement les répliques des personnages). Si la proposition a de quoi plaire en ces temps troublés, l’univers ultra édulcoré du film avec ses antagonistes plus ridicules que menaçants ne peut divertir qu’un jeune public naïf. Porté par un comique de gestes et de répétition, le scénario se focalise exclusivement sur une lecture unilatérale du film.

Ne connaissant pas l’oeuvre pour enfants d’origine je ne peux juger de la fidélité de l’adaptation mais il est évident que le film propose une aventure d’espionnage bon enfant très traditionnelle à l’antagoniste scientifique/capitaliste stéréotypé. On ne peut compter sur le sujet et l’objet du film, le chien rouge Clifford, qui est mal intégré (la distinction entre le personnage animé et les personnages en prises de vues réelles se voit bien trop souvent pour paraître vraisemblable) pour nous convaincre davantage. A l’heure des gros films américains dans lesquels les effets spéciaux sont globalement maîtrisés et subtilement mêlés aux êtres faits de chair, Clifford peine à convaincre…

(c) Paramount Pictures

Entre quelques scènes d’action improbables et des réactions de personnages invraisemblables, le film se révèle être une oeuvre inoffensive au possible qu’il vaut mieux prendre telle qu’elle est : un divertissement d’une légèreté assumée. Quelques émotions toucheront probablement le jeune public grâce à la relation affectueuse du chien et de la jeune héroïne mais le jeu d’acteurs laissant à désirer, les plus grands ne s’en émouvront pas.

En conclusion, Clifford est un divertissement inoffensif qui s’adresse à un public cible et naïf. Le film ne peut compter sur sa mise en scène (très) perfectible et ses interprètes peu inspirés pour plaire à un public plus large. Reste alors une séance tout au plus agréable mais absolument pas mémorable pour le public cible. Et une suite est déjà en route…

EDITION VIDEO

Après un passage en salles en fin d’année dernière, le long-métrage distribué par Paramount Pictures France débarque finalement le 13 avril en DVD et Blu-ray. Nous avons pu tester la copie haute-définition du film, fournie par Paramount Pictures France que nous remercions.

Comme de coutume, cette édition a été visionnée sur un écran OLED 4K.

(c) Paramount Pictures

Image & son : le blu-ray nous propose un transfert de bonne facture qui met en valeur les beaux paysages urbains de la cité new-yorkaise et les scènes d’action endiablées du film. Malheureusement, l’image a les défauts de ses qualités : sa précision met en exergue les cruels défauts numériques du film. Il faut voir la chevauchée finale de l’héroïne sur le dos du chien rouge qui rivalise de médiocrité technique : réduite à une figure informe tout au long de la course poursuite, la jeune fille subit les affres de la qualité filmique.

Du côté du son, le disque comprend de nombreuses langues et de sous-titres dont une piste en Dolby Audio True HD 7.1 en version originale et une piste Dolby-Audio 5.1 en français. Concrètement, la piste française est beaucoup moins dense et prenante car les dialogues sont sur le même plan que les pistes musicales. Mais il faut toutefois noter que les pas lourds de Clifford mettent efficacement à profit les basses dans les deux pistes.

Interactivités : ce ne sont pas moins de cinq vidéos dans les coulisses du film qui sont proposées sur le disque. A destination du jeune public (tout comme le film), ces courtes featurettes ont le mérite de donner la parole à l’équipe créative entourant le projet. Nous sommes loin d’un making-of conséquent, mais ces pastilles sont appréciées et permettront aux spectateurs d’en savoir plus sur la création du film.

  • « Dans la meute » (6min30) : le réalisateur Walt Becker revient sur la production du film. Il est aussi accompagné par les acteurs du film. Une featurette promotionnelle qui n’apprend pas grand-chose mais qui nous donne un aperçu du tournage du film. Il est toujours intéressant de plonger dans l’envers du décor d’une production.
  • « La comédie est pour les chiens » (3min20) : les coulisses du film pour revenir sur le jeu en compagnie d’une marionnette du chien. C’est d’autant plus accessoire que la mise en image de Clifford est probablement l’un des points faibles du film alors qu’il s’agit là de son argument marketing premier.
  • « La magie de Bridwell » (7min) : l’équipe créative revient sur l’héritage des livres pour enfants : Clifford. Norman Bridwell est le créateur du livre et il intervient au fil du bonus pour revenir sur la création du film. Un bonus touchant qui a toute sa place sur le disque.
  • « Conseils pour s’occuper d’un chien de cinq mètres » (2min30) : des images du film accompagnées d’une voix off. Un bonus qui se veut humoristique mais qui se révèle essentiellement anecdotique.
  • « Scènes inédites » (2min50) : Dr Russ / A la recherche de Bridwell / Bénédictions d’animaux : on comprend aisément pourquoi elles ont été retirées du film mais elles permettront assurément à ceux qui ont apprécié le long-métrage de retrouver le temps de quelques minutes les personnages appréciés. A noter que ces séquences ne sont pas finalisées, Clifford apparaît donc sous son apparence inachevée.

Nourri aux univers animés depuis la découverte de Kirikou et la sorcière en 1998, Nathan porte son regard critique et analytique sur l'univers des longs-métrages. Il est rédacteur sur Focus on Animation depuis 2012.

Laisser une réponse:

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Site Footer