(Sortie vidéo) Lupin III The First de Takashi Yamazaki

Oeuvre japonaise au programme du festival d’animation d’Annecy 2020, la nouvelle aventure du voleur Lupin III (petit-fils d’Arsène Lupin) est une grande première pour ce personnage si apprécié car il débarque en images de synthèse. Héros de séries animées dans les années 70 mais également d’un long-métrage devenu culte d’Hayao Miyazaki (Le Château de Cagliostro), le célèbre cambrioleur fait partie d’une culture désormais bien installée dans l’esprit de certains. Mais il faut savoir que cette critique est le fruit de mon esprit néophyte dans l’univers de la série de Monkey Punch (Kazuhiko Kato). Lupin III The First est, à mes yeux de non-initié, une belle surprise rivalisant à chaque instant avec la maestria graphique des studios hollywoodiens qui conte une aventure balisée mais divertissante. Un film qui mérite un beau succès dans les bacs vidéos après un passage remarqué en salles obscures.

Résumé : Le cultissime “gentleman cambrioleur” Lupin III revient dans une aventure effrénée, pour marquer son grand retour au pays de son illustre grand-père ! Il s’associe à la jeune Laëtitia pour faire main basse sur le journal de Bresson, un trésor que même Arsène Lupin n’a jamais réussi à dérober.
Entre pièges mortels, escapades aériennes et abracadabrantes évasions, Lupin et sa bande de casse-cou rivalisent d’esprit et d’audace dans ce long d’animation qui ravira autant les fans de cette série légendaire créée il a 50 ans par Monkey Punch, que les nouveaux venus !


(c) Copyright Monkey Punch / 2019 LUPIN THE 3rd Film Partners / Produced by LUPIN THE 3rd Film Partners / All Rights Reserved. / Under License to CRUNCHYROLL SA / Produced by TMS ENTERTAINMENT Co.

Au final, Lupin III The First est un très beau divertissement qui saura combler tous les publics. Visuellement épatant, le long-métrage de Takashi Yamazaki pêche un peu sur le plan scénaristique car il accumule les péripéties attendues. Pourtant, l’ensemble se découvre avec grand plaisir grâce à une mise en scène de haut vol et un humour soigné ! Sans révolutionner le genre, la production nippone devrait donc ravir de nombreux spectateurs. 

Et pour lire l’intégralité de notre critique, suivez ce lien !

EDITION VIDEO

L’éditeur AB Vidéo nous a fait parvenir l’édition haute-définition de la série (dans un boîtier amaray classique), mais le film est également disponible en DVD dans toutes les enseignes habituelles, depuis le 25 août dernier.

Comme de coutume, nous avons visionné le contenu vidéo sur un écran OLED 4K. 

Image & Son : Avec un film aussi beau et inventif sur le plan visuel, il fallait un transfert vidéo de qualité pour nous faire revivre les émotions ressenties lors de la découverte en salles du film : c’est le cas ! L’éditeur vidéo a concocté une image particulièrement soignée, restituant les ambiances colorimétriques pensées par l’équipe créative. Tous les aspects du transfert sont de qualité : les noirs sont profonds, les ambiances chaleureuses de certaines scènes sont pleines de charme et l’animation très soignée de la production profite totalement de la haute définition. Les scènes d’action sont hyper précises et plongent avec brio le spectateur dans l’intrigue (de la poursuite inaugurale jusqu’au combat dans les airs).

Sur le plan sonore, plusieurs pistes en VF ou VOSTFR sont proposées : pour les deux langues, vous pourrez choisir des pistes en DTS-HD Master Audio 5.1 (VF) ou DTS-HD High Resolution (VO) mais également des pistes Dolby Audio 2.0 (stéréo). A noter que des sous-titres sourds et malentendants sont aussi proposés.

Interactivités : l’éditeur vidéo AB Vidéo nous propose un contenu très intéressant malgré le statut « standard » de cette édition amaray. Même si vous n’optez pas pour l’édition « collector » (voir le détail dans notre conclusion), vous aurez de quoi faire avec cette édition « simple ».

Modélisation 3D (12 minutes) : des caméras 3D gravitent autour des objets et/ou véhicules confectionnés numériquement pour le film : journal de Bresson, avion nazi, voiture de la course poursuite originelle, hydravion. Cette featurette s’adresse (exclusivement) aux professionnels de l’animation.

Interview du réalisateur et des comédiens de doublage (33 minutes) : on parle du film d’Hayao Miyazaki (Le Château de Cagliostro) qui adaptait déjà les aventures de Lupin III mais également de nombreux autres aspects du film à travers des échanges plein d’intérêts. Grâce à sa durée conséquente, ce bonus se révèle passionnant !

Making-of (18min) : un bonus toujours essentiel à retrouver sur une galette vidéo. On y retrouve des scènes de storyboard, des modélisations 3D, des animatiques : notamment la scène du vol de journal de Bresson mais aussi la scène d’action dans les airs. Même si cette plongée dans les coulisses du film aurait pu être encore plus conséquente, elle complète bien l’interview ayant précédé.

Bandes-annonces : tout est dit dans le titre – la BA française mais aussi la vidéo japonaise.

Teasers : les vidéos promotionnelles du film diffusées au Japon sont jointes au bluray.

Générique : la vidéo du générique inaugural sans les crédits – une belle manière de se délecter des graphismes choisis.

(c) Copyright Monkey Punch / 2019 LUPIN THE 3rd Film Partners / Produced by LUPIN THE 3rd Film Partners / All Rights Reserved. / Under License to CRUNCHYROLL SA / Produced by TMS ENTERTAINMENT Co.

L’heure est donc venue pour vous de (re)découvrir le ravissement graphique qu’est Lupin III The First. Véritable film d’aventure old-school tout en empruntant des mécaniques modernes, la production nippone a de quoi plaire à toute la famille (y compris ceux qui ne connaissent pas l’univers).

A savoir qu’un coffret « collector » sortira en octobre (après plusieurs reports), il contiendra en plus du bluray-classique des bonus exclusifs. Vous pourrez y retrouver une couverture alternative de toute beauté mais également le DVD du film, un DVD bonus, un livret ainsi que 3 cartes postales à l’effigie du film. Autant vous dire qu’il constitue l’édition ultime sur le sol français, à défaut d’avoir accès au steelbook sorti sur certains marchés étrangers.

Nourri aux univers animés depuis la découverte de Kirikou et la sorcière en 1998, Nathan porte son regard critique et analytique sur l'univers des longs-métrages. Il est rédacteur sur Focus on Animation depuis 2012.

Laisser une réponse:

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Site Footer