(Sortie vidéo) La Pat’ Patrouille : le film de Cal Brunker

Rares sont ceux qui ont pu échapper au phénomène enfantin de la Pat’ Patrouille, matraqué sur les écrans et les services de vidéo à la demande. Sans surprises, l’univers développé par une équipe canadienne est arrivé sur grand écran en cet été 2021 (via les studios Mikros Animation cette fois-ci) pour faire vibrer son jeune public. Un jeune public qu’il cible exclusivement au risque d’ennuyer (poliment) les plus grands. Gentille aventure super-héroïque au réalisme vacillant, La Pat’ Patrouille : le film est un film qui peine à dépasser ses ambitions modestes.

Résumé : La Pat’ Patrouille part en mission pour sa première grande aventure au cinéma ! Près de chez eux, leur plus grand rival, Monsieur Hellinger, devient le maire d’ Aventureville et commence à semer le trouble. C’est à Ryder et les chiens intrépides de la Pat’ Patrouille de plonger dans l’action pour l’arrêter. Tandis que l’un de nos héros se voit confronté à son passé dans cette nouvelle ville, l’équipe va trouver une nouvelle alliée : Liberty, une teckel futée et pleine d’énergie. Équipée de gadgets inédits et de nouveaux équipements, la Pat’ Patrouille va voler au secours des citoyens d’Aventureville. Aucune mission n’est trop dure car la Pat’ Patrouille assure !

(c) Paramount Pictures France

A Aventureville, point de subtilité (ne serait-ce que dans son nom…) Contant les sauvetages menés par une meute de chiots altruistes, le long-métrage de Cal Brunker bâtit un propos très enfantin. Il n’y qu’à voir le scénario très fragmenté aux airs d’épisodes compilés (trois menaces successives pèsent sur la ville) pour comprendre les ambitions relatives menant le projet filmique. L’antagoniste est évidemment accompagné de chatons (pour contraster explicitement avec l’équipe de chiots) et se révèle être la source de tous les problèmes. Maire excentrique au possible, il convainc pourtant toujours les habitants d’une ville manifestement très naïve. Le film a beau s’adresser à un public juvénile, est-il nécessaire de leur présenter des personnalités aussi déconnectées ? Alors qu’un troisième méfait survient à Aventureville, les habitants en sont encore à se demander qui est l’auteur du crime…

La Pat’ Patrouille : le film n’est pas un mauvais film en soi mais il accumule les poncifs du genre sans jamais prétendre les transfigurer. Tout y passe : du duo d’hommes de mains aux caractères imbéciles aux morceaux pop sucrés accompagnant tous les déplacements ou faits importants des personnages. Le long-métrage est forgé dans le même moule qu’un nombre incalculable d’oeuvres animées, y compris dans sa gestion (bienvenue) du trauma d’un des personnages principaux. Chase, personnage phare de la patrouille canine, doit surmonter ses angoisses passées en renouant avec elles lors de son arrivée à Aventureville. Permettant au film de traiter avec intelligence de l’abandon animal, cette intrigue plus psychologique est un des points forts du récit.

(c) Paramount Pictures France

Visuellement, le film est de très bonne facture puisqu’il s’éloigne avec efficacité des traits grossiers de la série d’origine. Le budget n’étant pas la même, tout comme le temps alloué à la production, les ambiances chaleureuses et high-tech d’Aventureville flattent la rétine à défaut de réinventer un style bien ancré. Le character design des personnages suit les conventions du genre sans s’en émanciper et le film donne l’impression d’être avare en créativité à l’exception des équipements high-tech des personnages (qui donnent lieu à des séquences de préparation un peu longuettes). Au coeur du film, les scènes d’action sont réjouissantes et combleront assurément le public ciblé, notamment au cours d’un climax plus grandiloquent. Il en va de même pour l’humour résolument enfantin qui sait à qui il s’adresse : à vrai dire, une seule réplique semble s’adresser aux plus grands lorsque l’un des personnages souligne l’argent cumulé grâce aux produits dérivés de la patrouille. Un clin d’oeil bienvenue à la réalité commerciale d’une franchise aux œufs d’or.

Au final, La Pat’ Patrouille : le film est une réussite pour le public qu’il cible et sera, tout au plus, un ennui poli pour leurs accompagnateurs. Grâce à un sérieux upgrade sur le plan de l’animation mais une non-prise de risques en termes de narration, le long-métrage de Cal Brunker est un objet marketing qui peine à trouver une légitimité autre que mercantile. Si ce n’est l’apparition d’un nouveau personnage dans l’équipe, le film a du mal à se distinguer de sa série mère.

(c) Paramount Pictures France

EDITION VIDEO

Le film débarque en DVD et Blu-ray ce 9 décembre 2021 et nous vous proposons de revenir sur l’édition haute-définition du film. Vendue dans un boîtier amaray, elle comprend également un fourreau parachevant le soin apporté à l’édition.

Comme de coutume, nous avons visionné cette édition sur un écran OLED 4K.

Image & son : l’animation chaleureuse et baignée de lumière du film (un vrai travail a été réalisé sur ce point pour créer des ambiances adaptées) est bien restituée par ce blu-ray soigné. Les nombreuses couleurs parant les véhicules et les costumes de la patrouille canine resplendissent également sans être surexposées. Les textures ne sont pas toujours convaincantes mais la progression graphique par rapport à la série mère est étonnante.

Du côté du son, l’éditeur vidéo nous propose de (re)découvrir le film en Dolby Atmos 7.1 en version originale tandis que les pistes internationales sont disponibles en Dolby Audio 5.1. La musique, les dialogues et les sons d’ambiance peinent parfois à se distinguer sur la piste française tandis que la piste originale se révèle inévitablement plus éloquente.

Interactivités : une édition expéditive mais le jeune public n’étant pas le plus friand des bonus, le constat n’est pas si grave. Les trois bonus présents ont donc le mérite d’être cohérents en s’adressant aux plus jeunes pour renforcer la découverte du film.

  • Une équipe vraiment pat-mirable (6min) : courte featurette sur l’équipe du film avec des extraits de la production. Un bonus un peu répétitif qui n’apprendra pas grand-chose aux fans originels de la série.
  • ACN : Bulletins Adventure City News avec Francky Fouinepartout (2min) : un petit bulletin journalistique sur le destin du chiot Chase. Très dispensable…
  • Le clip musical du film (en anglais – 1min38) : extraits du film avec les paroles du titre accompagnant la préparation de l’équipe choc.

Dans une édition sommaire mais graphiquement convaincante, La Pat’ Patrouille : le film donne rendez-vous à ses jeunes fans dans les bacs. L’édition sera un joli cadeau à déposer sous le sapin pour émerveiller tous les aficionados de Chase et ses amis.

Nourri aux univers animés depuis la découverte de Kirikou et la sorcière en 1998, Nathan porte son regard critique et analytique sur l'univers des longs-métrages. Il est rédacteur sur Focus on Animation depuis 2012.

Laisser une réponse:

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Site Footer